An I de gestion de Roch Marc Christian Kaboré

05/12/2016
00:00

Les partis de la majorité présidentielle ont réuni les hommes de médias le 3 décembre 2016 au siège du parti au pouvoir à Ouagadougou. Il s’est agi pour eux de faire le bilan de la gestion du président du Faso en un an de gestion. Ce bilan est satisfait selon eux. Pour l’affaire des tablettes reçues par les députés, Salifou Diallo dit ne pas s’en préoccuper.

Un an après l’élection de Roch Marc Kaboré à la présidence du Faso, l’heure est au bilan. Et ce sont les partis de la majorité présidentielle qui se sont adonnés à cet exercice. A les entendre, le bilan d’un an de gestion du président Kaboré est «satisfaisant». Salifou Diallo, président par intérim du Mouvement du Peuple pour le progrès, lors d’une rencontre avec la presse est même allé plus loin. Pour lui, seules les personnes de «mauvaise foi peuvent dire qu’en un an, les lignes n’ont pas bougé» sur le plan de la gouvernance et des réponses aux préoccupations des populations. Roch Marc Christian Kaboré, contrairement aux analyses faites par certains observateurs de la scène sociopolitique, a fait des «prouesses» et a également fait preuve «d’intelligence politique», indique Salifou Diallo. Dans sa déclaration face aux hommes de médias, la majorité présidentielle a énuméré ce qu’elle appelle des acquis du pouvoir actuel. Ces acquis sont, selon elle, «le renforcement de l’indépendance de la justice, le renforcement du dispositif sécuritaire, la gratuité des soins de santé pour les femmes enceintes et les enfants de 0 à 5 ans, l’élimination progressive des écoles sous paillote, la création de nombreux emplois et la formation professionnelle, etc.». Des acquis ont aussi été cités au niveau du travail parlementaire. Il s’agit notamment des récentes enquêtes parlementaires sur le foncier urbain et sur l’exploitation minière au Burkina.

Qu’en est-il de la grogne sociale?

La question de la grogne sociale a aussi été abordée. Les partis de la majorité présidentielle estiment qu’à ce niveau, il n’y a pas eu de trêve sociale. C’est une situation dont a hérité le pouvoir, selon Salifou Diallo. Mais il souligne dans la même veine que la plupart des revendications des syndicats sont légitimes. Seulement, précise-t-il «La plus belle femme ne peut offrir que ce qu’elle a». La solution serait donc, dans cette situation, le dialogue social, selon les partis de la majorité. Mais pour Salifou Diallo, certains syndicats seraient sous le coup d’une manipulation politique. «Il y en a qui pensent que de grève en grève, on en arrive à la tambouille. C’est l’objectif de certains politiciens qui avancent masqués derrière les syndicats», a-t-il laissé entendre.

Affaire Tablettes, Salifou Diallo s’offusque?

L’Assemblée nationale avait reçu une dotation en tablettes. La provenance de ce matériel informatique a suscité une réprobation au sein de l’opinion. Mais cela semble ne pas émouvoir les bénéficiaires notamment le président de l’Assemblée nationale lui-même.

«L’Assemblée nationale a reçu 130 tablettes. Nous n’avons jamais reçu de tablettes d’une société chinoise. La ministre du Développement de l’économie numérique et des Postes est venue à l’Assemblée. Nous l’avons reçue dans la salle d’audience. Elle dit qu’elle avait donné des tablettes aux étudiants. Elle en avait donné à d’autres institutions. Nous l’avons remerciée. On n’a même pas lu quelle marque était écrite sur les cartons. Et nous avons pris les tablettes que nous avons distribuées aux députés. Nous, on s’en fout d’où ça vient. Nous savons seulement que nous avons reçu les tablettes du gouvernement», répond-il.

Par Lomoussa BAZOUN

Légende:

1- Salifou Diallo estime que certains «politiciens avancent masqués derrière les syndicats»

2- La gestion de Roch Marc Christian est jugée «satisfaisante»

3- Les représentants des partis alliés ont pris part à l’activité



408
Partager sur Facebook

Recherche






Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter